Accueillir l’annonce d’une grossesse. Comment gérer un congé maternité dans son équipe ? 

Et si on commençait par « Félicitations » ? 

4 femmes sur 10 ont peur d’annoncer leur grossesse à leurs managers *

* Enquête Institut des femmes SOS Prema – 2007

Quand elles nous racontent comment a été accueillie l’annonce de leur grossesse par leurs managers, les jeunes mères nous témoignent encore avoir reçu une réaction déçue et inquiète. 

De la simple maladresse aux fautes managériales, l’éventail est large. Mais à chaque fois on peut regretter l’absence d’un process clair de gestion de congé maternité, qui aurait pour fonction de rassurer et sensibiliser chacun aux enjeux de cette période particulière. 

Cela peut sembler naturel pour certains (« On félicite et on remplit les dispositions légales, où est le problème ? ») ou anecdotique pour d’autres (« c’est tellement intime et rare dans une carrière, pas besoin d’en faire des tonnes au travail »). Pourtant, c’est une période à fort enjeu dans la carrière d’une femme et dans la relation qui la lie à son employeur. 

« Oh tu es enceinte de combien de temps? ça veut dire que tu pars quand ? »

« Ça ne pourrait pas tomber plus mal pour le service »

« Tu peux éviter de tirer ton lait ici, ça donne une mauvaise image »

« Si tu n’es plus capable d’assurer le job, il faut le dire tout de suite »

« Tu as bien profité de tes congés ? »

« Tu n’es pas malade, je vois pas pourquoi tu serais dispensée des déplacements »

« Moi quand j’ai accouché, j’étais opérationnelle en deux mois » 

« C’est normal qu’on ne t’ait pas accordé tous les points cette année, tu n’as pas atteint tes objectifs, ce serait injuste pour le reste de l’équipe. » 

« On a dû réaffecter ton portefeuille à quelqu’un d’autre pendant ton absence, il a fallu également lui laisser ton bureau, ça change pas grand chose pour toi pas d’inquiétude » 

« Ah oui c’est aujourd’hui que tu reviens de congé » 

Former des managers qui sauront répondre de façon professionnelle à une annonce de grossesse

Et sans aller jusqu’à ces réponses extrêmes (toutes réelles), la maladresse peut simplement relever côté managers d’un manque d’expérience ou d’outils de gestion efficaces. Confrontés à la nouvelle, ils pensent rapidement au surplus de travail – réel ou fantasmé – qu’exigera la gestion d’un congé maternité dans leur équipe

  • recrutement et gestion du remplacement, 
  • récupération en direct de certaines responsabilités de la salariée, 
  • faire peser du travail en plus à une équipe déjà sous tension, 
  • naviguer à vue en recevant les informations de prolongement du congé au dernier moment par la salariée, 
  • l’effort de réintégrer une salariée après un congé maternité potentiellement fatiguée, perdue, démotivée, avec de nouvelles contraintes horaires ou avec de nouveaux projets professionnels
  • … 

Et une réaction à chaud teintée de toutes ces peurs et suspicions risque de nuire à la relation salariée-employeur de façon durable. Elle va indéniablement influencer la façon qu’aura la salariée de se projeter pendant sa grossesse au travail, pendant son absence en congé maternité, lors de son retour au travail ou encore sur son avenir au sein de l’entreprise. En quelques secondes, le lien peut être renforcé ou affaibli. A l’inverse, une salariée satisfaite peut garder longtemps en mémoire la qualité d’un accompagnement de sa ou ses grossesses dans l’entreprise. Elle ressentira de la gratitude qu’on lui ait facilité la vie, qu’on ait parié sur elle en la rassurant sur son poste et son avenir sur le temps long, qu’on lui ait permis de travailler sereinement et efficacement, etc. 

Accueillir la nouvelle d’une grossesse de façon humaine et responsable

Alors, c’est quoi une réaction appropriée ? 

Il n’y a pas de recette unique bien sûr ou un texte à répéter par cœur. Répondre aux attentes majeures d’une salariée enceinte, c’est savoir :  

1. Féliciter

Laisser la place à l’humain et se réjouir pour cette nouvelle. Le travail prendra sa place par la suite, mais à cet instant, il est important de nourrir le lien

2. Informer

Offrir à la salariée les informations dont elle aura besoin et que l’entreprise a pensées pour elle. La grossesse et le post-natal font surgir une multitude d’interlocuteurs face à la salariée enceinte, qui doit à ce moment très intime de sa vie, gérer des choses nouvelles à l’extérieur : qu’est-ce qui relève de l’entreprise, de la salariée ? du légal ou pas ? sous quel calendrier ? Quel soulagement pour elle d’avoir accès à un calendrier unique, des étapes claires avec les enjeux et les obligations de chacun, etc. 

3. Rassurer

Répondre à son éventuelle peur de l’avenir. Il existe de nombreux fantasmes attachés à l’impact d’une maternité sur une carrière à court comme à long terme. Il est difficile d’anticiper quoi que ce soit pour une future maman. Personne ne peut garantir comment vont se passer la grossesse, l’accouchement, le post natal. Il est rassurant, face à cet horizon imprévisible, de savoir que côté travail, les choses sont claires et rassurantes. Comment va se passer la grossesse ? Sera-t-il possible d’aménager les choses si besoin? Et si besoin de prolonger ? Est-ce que ça va mettre en péril son projet de promotion ? Savoir que son entreprise compte sur elle sur le long terme permet de souffler et de se projeter l’esprit plus léger. C’est un acte de confiance fort qui signifie : « les choses vont changer pour l’année à venir et de façon définitive, mais notre relation va bien au-delà et nous avons pleinement confiance pour trouver une façon de travailler au mieux ces prochaines années » 

4. Accompagner

Prendre la responsabilité de planifier et d’aménager les conditions de travail. La salariée va indéniablement connaitre des changements dans son travail et son environnement professionnel. Avant son départ en congé maternité (fatigue des horaires ou des transports, exposition à certaines conditions de travail incompatibles, planification de l’après en faisant la passation avec les collègues, les clients, le/a remplaçant.e …) ou à son retour (contraintes horaires liées à la garde d’enfants, retour progressif au rythme de croisière à ces fonctions et rattrapage des éventuels changements des mois précédents, …) Il est important de ne pas la laisser seule à identifier et gérer ces changements.  

Process ne signifie pas robotiser les relations humaines en les vidant de leur singularité. Bien au contraire, cela permet d’en prendre soin de façon responsable.

Chacune de ces étapes peut être effectuée en fonction des valeurs et de la culture de l’entreprise. Process ne signifie pas robotiser les relations humaines en les vidant de leur singularité. Bien au contraire, cela permet d’en prendre soin de façon responsable. L’essentiel est garanti et on peut le faire « à sa façon » : traditionnelle, rigolote, participative, chaleureuse,

Par exemple on peut informer en mettant à disposition de la documentation (guide de la parentalité, calendrier, kits de départ et de retour de congé maternité par exemple) ou en privilégiant l’échange et le relationnel au travail (entretiens avec son n+1, suivi avec son référent RH, système de binômage avec d’autres parents en interne par exemple). 

Alors, à quoi ressemble le process chez vous ? Si vous souhaitez en discuter et vous faire accompagner pour mettre en place un process qui ressemble à votre culture d’entreprise, contactez-nous !  

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s